Site officiel de la ville d’Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne)
retrecir le texte
agrandir le texte
|
imprimer cet article
|
envoyer cet article à un ami
|
flux rss du site
|
Partager
Vous êtes dans : 
  • article precedent
    IL Y A 20 ANS, JEAN-FRANCOIS ONETO DEVENAIT MAIRE D’OZOIR-LA-FERRIERE
    article suivant
  • Aujourd’hui marque l’anniversaire des 20 ans de mandature pour Jean-François ONETO, à la tête de la Ville d’Ozoir-la-Ferrière. Une longévité en tant que Maire de la commune d’Ozoir-la-Ferrière qui est saluée par une reconnaissance du travail accompli sur le territoire durant ces années, par la confiance renouvelée des Ozoiriens aux urnes et par la fidélité de ses compagnons de route.

  • « Après 20 ans, mon engagement envers le Ozoiriens demeure intact et sans faille. Et c’est avec force et conviction que je souhaite toujours servir l’intérêt général de ma commune. » confie Jean-François ONETO avec émotion.

    L’aventure commence le 18 mars 2001, lorsque la liste du groupe Horizon avec à sa tête, Jean-François ONETO, est élue aux élections municipales. La réalisation de ce rêve s’est poursuivie avec ténacité et ardeur 20 ans durant de vie publique. Passionné par la politique, il a effectué en 20 ans, trois mandats de maire.

    Elu maire en 2001, puis réélu en 2008, et à nouveau 2014 ce qui n’était pas arrivé à Ozoir-la-Ferrière depuis 1977, il a entamé son quatrième mandat.

    Pour Jean-François ONETO, « c’est une joie immense et une fierté lorsque, le dimanche soir à chaque élection municipale, les résultats sont annoncés. Chaque victoire est particulière et unique pour moi et pour les miens, pour l’ensemble de la liste, des soutiens et des électeurs qui nous ont fait confiance depuis déjà 20 ans et trois mandats ».

    Aujourd’hui, après avoir à nouveau remporté les élections municipales en juin 2020, Jean-François ONETO entame avec passion, son quatrième mandat avec toujours cette même ferveur et de lourdes responsabilités notamment la gestion de la crise sanitaire : « Avec notre projet, je privilégie la proximité et le terrain permettant de changer le quotidien des gens, de rencontrer les Ozoiriens, se traduisant très concrètement par des orientations économiques, sociales, culturelles, environnementales à l’échelle d’un territoire. »