Site officiel de la ville d’Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne)
retrecir le texte
agrandir le texte
|
imprimer cet article
|
envoyer cet article à un ami
|
flux rss du site
|
Partager
Vous êtes dans : 
  • article precedent
    Influenza aviaire : la Seine-et-Marne passe en risque élevé
    article suivant
  • L’influenza aviaire, de type H5N8, hautement pathogène, a été identifiée sur des oiseaux sauvages dans l’est de l’Europe au début de l’automne. La migration de ces oiseaux a conduit à la diffusion de ce virus sur tout le continent. Depuis quelques jours, des foyers d’influenza aviaire ont été identifiés dans le sud-ouest de la France, conduisant le Ministre de l’Agriculture a classé l’ensemble du territoire national en « risque élevé ».

  • L’arrêté ministériel du 5 décembre 2016, qualifiant le niveau de risque en matière d’influenza aviaire hautement pathogène, ordonne ainsi des mesures de prévention de la diffusion de l’épizootie, qui s’appliquent sur tout le territoire métropolitain.

    Les principales mesures applicables sont les suivantes :

    • Obligation de confinement ou de pose de filets de séparation entre les oiseaux sauvages et les volailles domestiques dans tous les élevages avicoles commerciaux, sauf dérogation précisée par arrêté,

    • Obligation de confinement ou de pose de filets de séparation entre les oiseaux sauvages et les volailles domestiques dans toutes les basses-cours des particuliers, quelque soit le nombre de volailles détenues, sans dérogation possible,

    • Interdiction d’organiser des rassemblements ou des expositions de volailles vivantes, sauf dérogation précisée par arrêté,

    • Interdiction des lâchers de gibiers à plume, sauf dérogation précisée par arrêté.

    En l’état actuel de la progression du virus, ces mesures de prévention ont pour but de limiter au maximum les contacts entre les oiseaux sauvages, notamment migrateurs, potentiellement porteurs et les oiseaux d’élevage ou d’agrément, normalement sains. Il s’agit de la méthodologie la plus efficace pour contrôler la diffusion de l’influenza aviaire. La collaboration de tous les acteurs concernés, y compris les détenteurs de petits élevages de volailles, est donc importante pour assurer une gestion correcte de ce nouvel épisode de grippe aviaire.