Site officiel de la ville d’Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne)
retrecir le texte
agrandir le texte
|
imprimer cet article
|
envoyer cet article à un ami
|
flux rss du site
|
Partager
Vous êtes dans : 
  • article precedent
    OUVRIR L’ÉCOLE AUX PARENTS POUR LA RÉUSSITE DES ENFANTS
    article suivant
  • Ouvrir l’École aux Parents pour la Réussite des Enfants : c’est le sens du dispositif OEPRE s’inscrivant dans le cadre de la Politique de la Ville et mis en place pour la première fois au groupe scolaire Anne Frank.

  • Au programme, le lundi et jeudi, des ateliers gratuits ouverts aux parents non francophones pour parler, lire, écrire et comprendre le français. De quoi leur permettre d’aider leur enfant dans leur scolarité, connaître le fonctionnement de l’école et les valeurs de la République. Six enseignants de l’établissement animent les ateliers. Lors de cette 1ère édition, une vingtaine de parents participe à l’action.

    À l’école maternelle et élémentaire Anne Frank, des enseignants, sous la coordination de Pierre Billon et Juliette Guibert, font cours à des élèves un peu particuliers : ce sont des parents. Depuis le 1er octobre, ces parents d’élèves d’origines diverses, des femmes pour la plupart, apprennent à parler français au sein même de l’établissement où sont scolarisés leurs enfants.

    En partenariat avec les ministères de l’Intérieur et de l’Éducation nationale, l’objectif est triple : renforcer leur maîtrise de la langue française, leur permettre de mieux comprendre le système scolaire, accompagner la scolarité de leurs enfants et améliorer leur connaissance de la société française. Sous la forme de moments conviviaux, parfois autour d’un thé ou d’un café, ces parents, installés en France depuis quelques mois ou plusieurs années osent davantage échanger en français avec le corps enseignant.

    « Dans cette école située dans un quartier Politique de la Ville, de nombreux parents d’élèves n’ont pas le français comme langue maternelle, précise Pierre Billon, directeur de l’école élémentaire Anne Frank. Cela peut être un obstacle à la réussite scolaire des enfants. » Et il poursuit « Dans la continuité de ce lien social, nous travaillons en partenariat avec le Centre Social Municipal Les Margotins qui nous adresse des personnes adultes du quartier souhaitant intégrer le groupe actuel ». Depuis le mois d’octobre, les enseignants ont pu noter un changement chez les enfants et les familles. « On remarque, en effet, déjà des effets positifs. Les familles semblent plus rassurées au moment de nous confier leurs enfants. », pointe Juliette Guibert, directrice de l’école maternelle Anne Frank. La Ville, attentive à la réussite éducative, soutient cette initiative en permettant l’accès aux locaux hors temps scolaire pour accueillir ces cours de français dans des conditions optimales.